Actualité

Audi R8 V10 RWD : la R8 passe en propulsion

Bien que la transmission intégrale soit un argument de choix dans un véhicule, surtout quand ce dernier est pourvu d’un puissant moteur, Audi a décidé de faire l’inverse en remplaçant le système Quattro de son R8 V10 par un système de propulsion, ainsi est né l’Audi R8 V10 RWD.

Ce n’est pas la première version propulsion de la R8, en 2018 la marque a déjà commercialisé la R8 RWS en série limitée à 999 exemplaires, aujourd’hui la R8 RWD est produite en série en version Coupé et Spyder.

« Nous avons lancé une série limitée de l’Audi R8 V10 RWS début 2018 », explique Oliver Hoffmann, directeur général d’Audi Sport GmbH. « Sa propulsion arrière, qu’elle hérite du modèle de course R8-LMS, et sa dynamique spéciale ont immédiatement séduit les clients. Aujourd’hui, elle rejoint la famille R8 en tant que modèle à part entière : la R8 V10 RWD. Et nous lui avons donné la même allure soignée que nos nouveaux modèles Audi R8. Parallèlement au lancement du modèle produit en série, nous proposons également une nouvelle version du modèle de course l’Audi R8 LMS GT4. »

Esthétiquement cette nouvelle mouture se différencie peu de la version Quattro et le seul élément distinctif et l’apposition du Logo RWD sur la planche de bord.

Le moteur est toujours un V10 5.2L TFSI qui développe sur cette version 540 ch pour 540 Nm de couple, associé à une boite de vitesse S-Tronic à 7 rapports et un différentiel à verrouillage mécanique, le 0 à 100 km/h est abattu en 3.7 secondes (3.8 secondes pour la version Spyder)

L’Audi R8 V10 RWD dispose de série de jante forgée de 19 pouces chaussée en 245/35 à l’avant et 295/35 à l’arrière, des jante 20 pouces sont aussi disponible en option.

La R8 V10 RWD est en grande partie produite à la main à l’usine Audi « Böllinger Höfe » de Neckarsulm. Elle sera lancée sur les marchés européens début 2020 à un prix de départ en Allemagne de 144 000 EUR pour la version Coupé et 157 000 EUR pour la version Spyder.


Rédacteur
Passionné par le monde de l’automobile depuis l’enfance, grand amateur de mécanique, j’ai démonté mon premier moteur à 13 ans et depuis avoir les mains pleines de cambouis et le travail bien fait me procurent un grand sentiment de satisfaction, et aujourd’hui j’ai réussi à faire de ma passion mon métier

Articles similaires

Commentaires facebook