Actualité

CNPSR: Le bilan des accidents de la route a connu un recul ces dernières années

Le directeur du Centre national de prévention et de sécurité routière M. Ahmed Nait El Hocine a abordé,  lors de son passage sur les ondes de la chaine une, les statistiques liées aux accidents de la route, estimant que l’année 2019 a été moins meurtrière sur nos routes comparativement à 2018.

Mr. Nait El Hocine a souligné que si le nombre de morts reste élevé, il faut noter qu’il y a eu un recul, voire une baisse sensible et constante des indicateurs de l’insécurité routière comparativement à l’année précédente. Comparativement à 2018, qui a vu 22507 accidents de la circulation qui ont fait 3275 morts et 3010 blessés, une baisse de 2 % a été enregistrée dans le nombre des accidents, des morts (- 1 %), ainsi que dans le nombre des blessés (- 4%). Il faut savoir qu'en 2015, le CNPSR a comptabilisé 4.600 morts dans des accidents mortels, c'était l'année la plus mortelle sur nos routes, mais depuis, le nombre n’a pas cessé de baisser.

Dans ce contexte, le directeur du CNPSR a révélé que le facteur humain est à l'origine de 96% des accidents de la route en 2019, dus principalement à l'excès de vitesse (17%), manque de concentration (15%), la négligence des piétons (6%). Notant ainsi que la moitié des décès dans les zones urbaines sont des piétons, et 55% des blessés dans les zones urbaines sont également des piétons.

Néanmoins, la facture reste préoccupante. Le nombre des décès nous interpelle pour plus d’efforts, ajoute le même responsable, particulièrement à travers les nouvelles mesures préconisées par les pouvoirs publics, notamment la mise en place de la délégation nationale de la sécurité routière qui sera chargée essentiellement de la gestion du fichier national du permis de conduire, de la formation, de la surveillance et du contrôle de tous les projets qui seront lancés dans le domaine de la sécurité routière.

Mr. Nait El Hocine a salué, en outre, la décision du Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, de tenir un Conseil interministériel exclusivement consacré à l’examen du fléau des accidents de la route, afin de proposer des mesures susceptibles de mettre fin à ces catastrophes, qui ont pris des proportions inacceptables et intolérables.

D'autre part, le directeur du CNPSR a déclaré que c’est la première fois que le plan de la sécurité routière est intégré dans le plan d’action du gouvernement. C’est un aspect très important. Toutes les mesures retenues dans ce plan vont être imposables à l’ensemble des acteurs et secteurs. En outre, c’est la première fois qu’il y a l’institution du conseil de concertation intersectorielle auprès le Premier ministère. Il va définir la stratégie gouvernementale en matière de sécurité routière. A ce moment-là, la délégation pourra mettre en œuvre ce plan d’action. Cette nouvelle architecture est une structure stratégique, voire une valeur ajoutée.

Pour plus de détails, veuillez suivre la vidéo complète de l'interview.


Rédacteur
Autobip a vocation à traiter et diffuser toute l’actualité automobile nationale et internationale à travers ses différentes rubriques, grâce à la mise en place d'une rédaction composée de journalistes professionnels issus de la presse automobile.

Articles similaires

Commentaires facebook